Bannière DVDBelgorama
Cartoon Street

 

 

Mise à jour le 17/02/10

La Collection Italie à main armée

Le "Poliziottesco" :
Une définition du polar à l'italienne

Un contexte difficile

Quand on parle de "polar à l'italienne" (ou "poliziottesco", comme ce genre a souvent été appelé avec un mélange de sympathie et de mépris), on pense tout de suite à l'Italie des années 70 avec toutes ses contradictions et ses incertitudes.
Le polar italien naît officiellement en 1972, avec le film "La Polizia Ringrazia", réalisé par Steno (Stefano Vanzina). C'est la naissance d'un genre qui laissera une trace indélébile dans le cinéma italien et international en arrivant dans un des moments les plus sombres et ambigus de la récente histoire italienne.

En effet, à l'époque l'Italie évolue dans un climat trouble et particulièrement violent : hold-up, agressions, vols à la tire, cambriolages, attentats contre les institutions, terrorisme de droite et de gauche... La police et les politiciens sont corrompus, la mafia et les contrebandes règnent en maîtres sur le pays, et le terrorisme (avec les Brigades Rouges et tous les autres groupes subversifs) fait planer un sentiment d'insécurité.
C'est donc une nation en pleine crise qui voit émerger cette cinématographie faite de polars âpres et politiquement incorrects, tel un exutoire pour toutes ces angoisses.

Un genre aux codes bien définis

Souvent (et absurdement) accusé d'être un genre réactionnaire ou même fasciste (alors que la quasi totalité des réalisateurs et des scénaristes qui s'en sont occupés étaient des gens de gauche, d'extrême gauche, voire même des anarchistes), le polar italien est un genre qui, dans ses films les plus représentatifs, garde un fascinant équilibre entre les séquences d'action (toujours spectaculaires et passionnantes) et le côté "politique" et "social".
Dans les poliziotteschi on trouve souvent le personnage d'un flic qui décide de combattre la criminalité en utilisant de façon différente les mêmes méthodes que celles des personnages à la Harry Callahan ("L'inspecteur Harry", alias Clint Eastwood).
En effet, dans l'imaginaire collectif, les flics des polars italiens avaient pour mission de libérer la ville du crime et de rassurer les spectateurs en leur montrant que la criminalité puvait être vaincue. Un éléement clé du genre, c'est la conception (encore très moderne à l'heure actuelle) des séquences d'actions, et notamment des poursuites en voitures, souvent à couper le souffle. Le maître incontesté de la réalisation de ces séquences spectaculaires est le français Rémy Julienne, qui, avec son équipe, tournait la plupart du temps les scènes les plus dangenreuses de ces films.

Entre film noir et western urbain

Ce genre cinématographique plonge ses racines dans les polars américains à la Don Siegel, mais aussi dans les films noir de Jean-Pierre Melville. Il n'a pas une véritable tradition littéraire, même si dans plusieurs scénarios on peut trouver des réminiscences venant des romans "hard boiled" de Mike Spillane ou de James Hadley Chase. Le seul auteur italien qui aura vu plusieurs de ses œuvres transposées au cinéma est Giorgio Scerbanenco, qui a inspiré des films à Duccio Tessari et surtout à Fernando Di Leo, considéré comme la réponse italienne à Jean-Pierre Melville.

Une kyrielle de réalisateurs cultes...

Les plus grands réalisateurs du polar italien sont sûrement Umberto Lenzi ("Bracelets de sang", "Le clan des Calabrais", "La Rançon de la Peur", "Corléone à Brooklyn", "Echec au Gang", "La mort en sursis", "La Guerre des Gangs", "Opération Casseurs"...), Stelvio Massi ("Braqueurs sur la ville", "Un Flic Rebelle", "Un Flic voit rouge", "Un Flic Explosif", "Justice sans Sommation"...), Enzo G. Castellari ("Témoin à Abattre", "Action Immédiate", "Racket"...), Fernando Di Leo ("Le Boss", "L'Empire du Crime", "Le Sang de la Violence", "Salut les Pourris", "Passeport pour deux Tueurs"...) et Mario Caiano ("Assaut sur la Ville", "Terror Commando"...).

Plusieurs réalisateurs spécialisés dans des films de genres différents ont fait quelques incursions dans le polar avec des résultats souvent surprenants. C'est bien le cas de Lucio Fulci ("La Guerre des Gangs"), Ruggero Deodato ("Live Like a Man, Die Like a Cop"), Sergio Sollima ("Revolver") ou encore Massimo Dallamano "Section de Choc").

...et d'acteurs mythiques

Les acteurs les plus célèbres de l'histoire du polar italien sont sans doute Tomas Milian et Maurizio Merli. Le premier, célèbre pour l'intensité de ses interprétations, à souvent joué le rôle du commissaire mais aussi celui du criminel alors que Maurizio Merli est célèbre pour avoir toujours été du côté e la loi en incarnant le flic le plus connu et aimé jamais vu au cinéma dans un polar italien...

Parmi les autres acteurs récurrents du genre, il faut citer le comédien français Luc Merenda, au physique parfait pour jouer le rôle d'un flic mêlant violence et ironie, mais aussi Fabio Testi, Gastone Moschin, George Hilton, Ray Lovelock, Mario Adorf, Claudio Cassinelli, Enrico Maria Salerno, Franco Gasparri, Ivan Rassinov, Vittorio Mezzogiorno...

Source : Neo Publishing

Titres disponibles dans la collection :

  • Rue de la violence
  • La Rançon de la Peur
  • Brigade Spéciale
  • Le clan des pourris
  • L'exécuteur vous salue bien
  • Squadra volante



 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement